Dimanche 13 novembre 2011 : 33ème dimanche ordinaire, basilique Saint Sauveur.

Pr 31, 10...31       1Th 5, 1-6        Mt 25, 14-30

LE VISAGE DE JESUS

"La parabole des talents fait partie des textes les plus connus de l'évangile. Aujourd'hui, elle nous invite à méditer sur le visage de Jésus :

  • A Pâques, nous découvrons le visage d'amour de notre Sauveur. Le bon pasteur vient sauver sa brebis perdue. Il donne sa vie pour ses brebis. Ce visage nous invite à la conversion.
  • A la Pentecôte, dans sa miséricorde, le Père nous donne un avocat.
  • Ici, nous avons un troisième visage de Jésus : un juge.

L'AMOUR A TROIS VISAGES : LE SAUVEUR, L'AVOCAT, LE JUGE.

Un jour, nous serons face à Dieu, et nous aurons à rendre des comptes.

Quel est le visage de l'amour?

Dieu nous aime infiniment. Nous ne devons pas mériter son amour. Il vient à nous. Mais l'amour qui n'est pas réciproque n'existe pas. Il va même nous mettre dépendant de notre liberté. Il n'y a pas d'amour sans réciprocité. La parabole des talents nous montre que Dieu nous jugera, mais il ne nous prendra pas en traître. Personne n'échappera au jugement particulier.

Qu'est-ce qui a bien pu motiver le mauvais serviteur?  Il a choisi d'anéantir son talent parce qu'il a une vision fausse de son maître. " Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n'as pas semé, tu ramasses là où tu n'as pas répandu le grain" Ce maître prend son serviteur sur sa propre parole - "Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n'ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l'ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque." (aujourd'hui, Jésus prendrait une autre image...!)

Il est important d'avoir une vision juste de notre Seigneur. "Je sais que tu me prendras sur mes paroles." On pourras dire : "tu m'as coincé... mais je sais que ton coeur est miséricordieux. Tu ne repousses pas un coeur qui se tourne vers toi."

Nous devons travailler notre connaissance des textes dans le magistère et dans le catéchisme. Lorsque nous sommes confrontés aux sectes ou à l'islam et qu'ils arrivent sur notre terrain, personne n'est capable de tenir. Nous devons témoigner de notre amour pour le Christ. Nous n'avons aucune excuse pour ne pas connaître son enseignement. Le lieu de catéchèse le plus important, ce n'est pas le cours de catéchisme, c'est la famille. C'est là qu'on cultive les talents de chacun. Le péché nous empêche d'être libre. Nous avons à cultiver nos talents.

Reprenez la lecture de "la femme vaillante" et remplacez le mot "femme" par le mot "Eglise" : "L'Eglise vaillante, qui peut la trouver? Elle est infiniment plus précieuse que les perles. Le Christ peut avoir confiance en elle : au lieu de lui coûter, elle l'enrichira. ....Tous les jours de sa vie elle lui donne le bonheur. .......Ses doigts s'ouvrent en faveur du pauvre, elle tend la main au malheureux.... L'Eglise qui craint le Seigneur est seule digne de louange. Reconnaissez les fruits de son travail ; sur la place publique, on fera l'éloge de son activité."  Regardez tous les saints. Ils ont parfois été persécutés, dans des conditions atroces, mais le jour de leur canonisation ils sont sur la place publique.

Il y a un très grand enjeu.  Nous devons tenir notre place de croyant dans le monde, et nous devons nous préparer à la venue de notre Seigneur.

"Il faut qu'au milieu des loups, je reste l'agneau"  Nous devons témoigner de notre amour pour le Christ. Il viendra nous chercher.

Le jour du jugement particulier, ce sera le jour de la venue de Jésus.

Demandons à la Vierge Marie de nous aider à nous y préparer. Amen.

(extraits de l'homélie de l'abbé Ronan de Gouvello)