Evangile de Jésus Christ selon saint Jean 10, 1-10  LE BON BERGER 

"Il y a quelques jours, nous fêtions l'anniversaire des apparitions à Fatima.

Le 13 mai 1917, une très belle dame apparait à trois petits bergers. Elle leur demande de consoler le coeur de son fils en récitant le chapelet.

Lucie demande à la très belle dame :"D'où viens-tu? " - "Je viens du Ciel." - "Et moi, est-ce que j'irai au ciel?"

Voilà la question que nous devons tous nous poser. Notre vie est en jeu et prend tout son sens.

                                                                "EST-CE QUE J'IRAI AU CIEL?"

Le Seigneur a fondé son Eglise comme moyen d'accéder au Ciel. Il demande à ses prêtres de nous montrer le chemin du Ciel.

Un jour, un prêtre se rend dans le village où il vient d'être nommé curé. Il demande son chemin à un petit pastoureau : "Peux-tu m'indiquer la route qui mène à Ars?" -" Tu m'as montré le chemin du village, je te montrerai le chemin du Ciel."

Un mystère incroyable : Jésus appelle tel ou tel pour qu'il montre le chemin du Ciel. Avec toutes ses faiblesses, le prêtre n'est pas digne de célébrer la messe, mais ceux qui l'écoutent, eux, sont dignes de l'écouter.

Il n'est pas digne de donner le sacrement du pardon, mais ceux qui viennent à lui sont dignes de le recevoir.

Si nous désirons le Ciel, nous devons demander des prêtres. Il nous faut désirer que certains soient appelés. 

Je m'adresse à tous les garçons : Tout garçon normalement constitué doit un jour se poser la question :

"pourquoi pas moi?"

Les membres les plus fragiles sont indispensables au corps de l'Eglise. Les vocations sacerdotales sont fragiles mais indispensables.  

Je m'adresse maintenant à tous les autres : Nous sommes les gardiens de ce trésor. PRIEZ DANS VOS FAMILLES. DESIRONS DES VOCATIONS DANS NOS FAMILLES.

Nous avons a redécouvrir que c'est possible. 

Tournons-nous vers la VIERGE MARIE, ELLE NOUS DONNE LE CHEMIN DU CIEL.

NOTRE DAME DE FATIMA,

NOTRE DAME DE ROCAMADOUR,

CONFIONS LUI TOUTES LES VOCATIONS - AMEN"

(extraits de l'homélie du Père Ronan de Gouvello, le 15 mai 2011)